Traitement de l’eau et des eaux usées

Les installations de traitement de l’eau potable et des eaux usées produisent et utilisent divers gaz toxiques et explosifs tels que le méthane, le sulfure d’hydrogène, l’ammoniac, le dioxyde de carbone, le monoxyde de carbone, le chlore, l’ozone, etc. Les espaces confinés sont en outre particulièrement dangereux pour les employés car ils impliquent une augmentation de la formation de gaz toxiques et une diminution de la concentration en oxygène.

Il est possible d’évaluer le risque en mesurant l’exposition du personnel à divers polluants présents dans l’air dans les zones de travail. Les concentrations mesurées sont alors comparées aux moyennes pondérées dans le temps sur 8 heures pour l’exposition et aux limites d’exposition recommandées pour des périodes plus courtes (moins de 15 minutes).

Plusieurs technologies peuvent être utilisées pour détecter les gaz présents dans les installations de traitement de l’eau.

  • Les détecteurs électrochimiques permettent de surveiller la teneur en oxygène dans l’air ou de détecter la présence de gaz toxiques comme le CO, le H2S ou le Cl2.
  • Les détecteurs à semi-conducteur sont utilisés en cas de fortes concentrations de H2S ou de température ambiante élevée.
  • Les détecteurs catalytiques sont utilisés pour la détection des gaz explosifs.
  • Les détecteurs infrarouges assurent la détection des gaz explosifs tels que le CH4 ou le dioxyde de carbone (CO2) et sont également recommandés dans les atmosphères corrosives ou en présence de niveaux élevés de H2S. Une concentration élevée continue de H2S (supérieure à 3 ppm) engendre en effet un risque de saturation et d’empoisonnement des cellules catalytiques standard.